Comment je me suis réconciliée avec l’Amour

Dans ce podcast je vous raconte comment je me suis réconciliée avec l’Amour 🙂

Ce n’est pas forcément facile de vous raconter tout ça. Mais je pense que c’est important de vous expliquer pourquoi j’ai choisi de me lancer dans le coaching amoureux 😊

On va partir de mon enfance (avec mes blessures, au moment où je me suis mise en guerre contre l’Amour), jusqu’à ma réconciliation avec ce sentiment il y a plusieurs années…

(Disponible aussi sur YoutubeSoundcloud et Spotify.)

Schéma familial : l’Amour est invisible

“On peut dire que je n’ai pas eu un schéma familial bercé dans l’Amour. Mes 2 grands-pères étaient du type alcoolique, infidèle, violent etc.

Mes grands-mères attendaient sagement leurs maris à la maison, avec les enfants. Je sais que ma grand-mère maternelle a aimé mon grand-père toute sa vie, alors qu’il avait des maîtresses et rentrait rarement sobre le soir. Elle a dédié sa vie à un amour impossible. Quant à ma grand-mère paternelle, elle a vécu avec un mari violent. Et elle en a beaucoup souffert pendant très longtemps après la séparation également.

Mes parents, de leur côté, ils ont fait ce qu’ils ont pu. Ils ont divorcé quand je suis partie sur Paris, je devais avoir 19 ans. Pour moi c’était un soulagement. Je n’ai jamais vu d’amour entre eux, je ne les ai jamais vus s’embrasser, se tenir la main ou le moindre geste d’affection. C’était plutôt une équipe, des partenaires qui avaient décidé d’avoir des projets à deux.

Figure maternelle : plein d’Amour mais qui ne se montre pas

Ma mère a été obligée de se marier quand elle était enceinte de moi, car sa mère, ma grand-mère, était assez croyante et avait peur du jugement des autres (enfant hors mariage). Ma mère m’a dit il y a quelques années : « Je me souviens, quand j’ai eu 26 ans, je me suis dit que j’avais déjà tout : la maison, le mari, 2 beaux enfants. Tout était derrière moi, je n’avais plus de futur car plus de projets ».

Ma mère est quelqu’un qui a du mal à montrer ses sentiments, comme si cela faisait d’elle quelqu’un de faible, et elle m’a expliqué pourquoi. Elle fait selon moi partie de la génération du sacrifice : elle faisait tout à la maison, s’occupait des enfants, des taches ménagères « ingrates » comme elle les appelait, et avait un travail avec des horaires difficiles, de nuit. Elle avait besoin de garder contrôle, car elle pensait que mon père ferait les choses mal, ou ne les ferait pas du tout.

J’ai vu ma mère toute mon enfance se battre pour mon frère et moi, à essayer de jouer le rôle du père et de la mère en même temps. Elle s’oubliait, ne prenait pas trop soin d’elle. Ma mère disait tout le temps qu’elle n’avait aucune reconnaissance pour tous les efforts qu’elle faisait. Elle donnait toujours plus, peut-être aussi dans l’attente de recevoir de la reconnaissance.

Je ne la remercierai jamais assez pour tout ce qu’elle a fait et continue de faire pour nous. C’est quelqu’un qui a un cœur énorme, qui donne tout le temps à tout le monde. Elle sait être présente, disponible, à l’écoute pour tous (elle est infirmière libérale dans le village où elle vit). Elle a toujours la volonté de réunir les gens entre eux, d’ailleurs à un moment donné on l’appelait « Meetic » 😀

Ma mère est quelqu’un de très joyeux, qui ne montre jamais quand quelque chose ne lui convient pas, elle fait toujours passer les autres avant elle. Elle a toujours le sourire malgré les difficultés, la peur, la douleur. Elle a toujours cherché à nous protéger avant tout.

Moi je vois un peu ça aussi comme de la survie, elle a toujours fait ce qu’elle a pu, même si c’était parfois très dur pour elle.

L’Amour-sacrifice

Au sein de ma famille on communiquait peu, on ne parlait pas de notre ressenti, on ne montrait pas ses émotions. J’ai appris à toujours sourire, m’arrêter de pleurer rapidement, reprendre le contrôle de mes émotions assez vite.

J’ai grandi dans un environnement de confort (car ma mère se sacrifiait toujours pour qu’on vive le mieux, qu’on ait tout disponible pour réussir et être heureux). Mais j’ai vécu aussi dans une insécurité affective. Comme beaucoup de gens vous me direz, voire la majorité des gens je dirais même, qui ont été victimes de la génération du sacrifice. Mais je n’ai aucun reproche à faire à ma mère, car elle a vraiment fait ce qu’elle a pu et a été une super maman ! Je n’en serais pas là aujourd’hui sans elle…

Mais l’Amour pour moi était de l’ordre du sacrifice. Avec du recul, mon cerveau a formé des pensées bien ancrées en moi. Et celles-ci ont influencé plusieurs années de ma vie par la suite.

Mes pensées sur l’Amour

Le type de pensée inconsciente que j’avais était de l’ordre du : Je dois donner BEAUCOUP dans ma vie pour recevoir UN PEU d’amour. Je dois faire tout parfaitement pour être aimée.

Aussi : Les hommes sont tous des lâches, égoïstes, donc je dois me méfier, ne pas m’engager. Je dois m’assurer de garder le contrôle tout le temps.

Comme j’expliquais dans mon premier podcast (Ma métamorphose avec les Hommes), j’ai fait un régime en entrant au collège. Et à partir de ce moment-là, mon seul objectif était de plaire aux garçons, c’était devenu obsessionnel. Je voulais leur plaire, mais en même temps ne jamais me montrer vulnérable, je gardais le contrôle. Il fallait toujours que je sois à l’origine de la rupture, des décisions, car sinon je perdais le pouvoir.

Quand j’ai ressenti mes premiers sentiments d’amour, j’avais la sensation de perdre le contrôle, de devenir faible. J’étais déstabilisée.

Peur de l’engagement, peur de l’Amour

J’avais très peur de l’engagement. En fait une partie de moi avait envie d’une histoire sérieuse, de projets etc. Mais une autre avait envie de fuir à l’autre bout du Monde, de faire passer mes ambitions professionnelles, mes activités avant le reste.

J’ai beaucoup voyagé, beaucoup déménagé. J’ai adoré cette vie de changement, de liberté, et je suis d’ailleurs toujours très attachée à la Liberté. C’est juste que maintenant je vois la liberté autrement, car autrefois la liberté c’était plutôt une fuite, la recherche de quelque chose de mieux ailleurs.

Mais la stabilité me faisait peur. J’avais des amis qui commençaient à acheter des maisons, à avoir des enfants. De mon côté je ressentais un sentiment de colère, de dégoût. J’étais incapable de me projeter. Je me demandais d’ailleurs si je n’avais pas un problème, car j’avais l’impression de ne pas avoir les mêmes envies que la plupart des gens, l’impression d’être “bizarre”.

En fait je souffrais beaucoup de ne pas savoir m’engager dans mes relations, car je me sentais terriblement seule au final. Cette fuite de l’Amour avait fini par m’épuiser. J’étais loin de ma famille, je vivais dans une grande ville où j’avais pleins d’activités, mais peu de vrais attaches. Au moindre problème, moindre conflit, dès que je sortais de ma zone de confort, je fuyais la relation, je passais à une autre.

Apprivoiser le concept d’Amour

Quand j’ai découvert le développement personnel il y a maintenant 6-7 ans, je me suis rendu compte que l’Amour était un concept distant pour moi (c’est inconscient, tout ce que je dis aujourd’hui, c’est avec recul).

J’ai appris par la suite à m’aimer, à me dire que je m’aimais en me regardant dans la glace, à me considérer avec bienveillance. Mais ce n’était pas du tout naturel !

Cela n’a pas été facile, je me suis pris des claques, j’ai eu l’impression de me battre contre moi-même. De me battre contre ces fantômes au-dessus ma tête qui me disaient « Laisse tomber, l’Amour c’est pas pour toi, c’est pour les autres ! »

“Moi aussi je t’aime !”

Ma meilleure amie a été mon tremplin, car c’est la première personne à m’avoir dit qu’elle m’aimait en me l’exprimant avec des mots transparents, clairs, qui sortaient du coeur. Mon premier réflexe : j’ai eu envie de fuir en voyant ces cœurs envoyés sur Whatsapp 😀

Heureusement mon deuxième réflexe a été de ressentir de la gratitude d’être dans cette phase de changement, je me suis mise dans cette énergie d’Amour que j’ai acceptée.

J’ai accepté cette dynamique, et aujourd’hui l’Amour devenu mon crédo. Je sais que je dirai souvent à mes enfants que je les aime, j’ai d’ailleurs commencé avec mon chat 😀

La gratitude pour cette énergie d’amour qui m’anime est présente tous les jours, et fait que j’ai décidé de faire ce que je fais.

Je vous aime tous

Mon objectif aujourd’hui est d’aider d’autres personnes à se réconcilier avec l’Amour, car cela change une vie ! On ne peut pas laisser nos blessures passées gâcher notre vie. L’Amour est une émotion magnifique, noble, puissante.

Il n’y a pas à en avoir honte, à le cacher. Au contraire, nous devons célébrer et partager chaque jour cette belle émotion. L’Amour ne se donne pas, ne se reçoit pas, non.

L’Amour se vit car il fait partie de nous depuis la naissance. On peut choisir de l’enfouir loin en nous, ou de le faire vibrer à nouveau. Merci l’Amour de nous faire sentir vivant, merci !”

Merci d’avoir écouté mon histoire. N’hésitez pas à m’écrire un commentaire, à me dire si vous vous retrouvez dans mes propos.

En attendant je vous envoie beaucoup d’amour !!!

Marie, coach en amour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *