Pourquoi est-on attiré par l’inaccessible en 5 points

On a toutes été attirées un jour en tant que femmes par le bad boy ténébreux (tatoué ou pas) qui a toujours quelque chose de mieux à faire que de nous accorder du temps. Et beaucoup d’hommes ont déjà été épris de la femme déjà en couple inaccessible, pour qui ils ont eu un véritable coup de cœur (« C’est la bonne je le sais, mais le problème c’est qu’elle est mariée »). Vouloir l’inaccessible, c’est plutôt excitant au début, puis lassant, voire difficile à vivre par la suite.

bad boy inaccessible

Certains individus n’attirent que des personnes inaccessibles, elles ne vivent que des « histoires d’amour impossible ». Peut-être parce qu’ils ne sont pas prêts à vivre une histoire plus conformiste, plus stable, avec moins de hauts et de bas. Ces individus recherchent peut-être inconsciemment à vivre des aventures pleines de rebondissements et leur procurant de l’adrénaline via leurs relations amoureuses. C’est génial quand ils sont entièrement en phase avec ça. Mais si une autre partie d’eux veut se caser sérieusement avec quelqu’un, ça devient douloureux à vivre.

Voyons pourquoi nous sommes attirés naturellement par l’inaccessible.

L’instinct naturel de chasseur

L’homme est historiquement un chasseur, je ne vous apprends rien. Quand on observe le règne animal c’est plutôt évident que les mâles font tout pour avoir la femelle convoitée par les autres. Ils se mettent en concurrence, c’est à celui qui rugira le plus fort, qui fera la plus belle danse, ou préparera le nid le plus pratique. Les mâles aiment se mettre en concurrence pour avoir la femme que les autres veulent aussi. C’est une sorte de challenge. Les femmes aussi aiment naturellement séduire pour avoir l’homme qu’elles convoitent. A condition qu’il y ait un jeu de séduction aussi, que l’homme ne fonce pas tout de suite tête baissée dans la relation.

Donc une femme ou un homme qui ne se donne pas tout de suite est plus attirant, l’enjeu est plus excitant, car cela donne envie de se battre pour l’avoir. La vie a beaucoup moins de saveur quand on a tout ce qu’on veut, quand on veut. L’homme est malheureux quand il n’a pas de limite, car tout autour de lui perd de la valeur. L’être humain naturellement aime faire des efforts pour avoir quelque chose, ou quelqu’un. Cela donne plus de valeur à cette chose ou à cette personne, et il savourera davantage par la suite, il sera fier d’avoir « gagné » face aux concurrents potentiels, l’impression d’avoir vaincu l’inaccessible.

L’inaccessible a plus de valeur car est sacralisé

L’homme cherche naturellement à avoir ce qu’il n’a pas déjà, et ce dans tous les domaines : choses matérielles, projets etc. Il en veut toujours plus, car c’est un moyen de donner du sens à sa vie. Enlevez les projets à quelqu’un et il perd sa pulsion de vie.

Sans parler d’ambition professionnelle, les projets peuvent consister à faire des travaux dans la maison, à faire un enfant, à planifier le prochain voyage etc. Les projets consistent à envisager d’avoir ce qu’on n’a pas encore. Et dès qu’on acquiert quelque chose, cela perd de la valeur presque instantanément, parce que ce n’est plus sacralisé. Cela devient accessible.

On ne prend pas nécessairement le temps de savourer ce qui est nouveau d’ailleurs, on se préoccupe tout de suite du prochain projet. Car ce qu’on n’a pas encore est sacré, il a beaucoup plus de valeur tant qu’on ne l’a pas acquis. C’est la même chose pour les relations humaines. Cette femme qui nous plait vraiment mais qui ne se montre pas intéressée pour l’instant, on a tendance à la mettre sur un piédestal.

L’humain est naturellement attiré par plusieurs personnes

Ce que je veux dire ici, c’est qu’il est insensé d’attendre que son partenaire ne soit attiré que par nous, que ce soit sexuellement ou mentalement, spirituellement, peu importe.

Le fait que votre partenaire regarde d’autres femmes dans la rue, ou que vous appréciez particulièrement de discuter avec un homme lors d’une soirée, c’est NORMAL. Cela ne veut pas dire qu’on est attiré ici par l’inaccessible, mais par une AUTRE personne que son partenaire (ce qui est officiellement notre « possession ») ; donc aux yeux de la société, cela revient à la même chose. Dans notre société qui a été construite sur des fondements religieux, être attiré par quelqu’un d’autre que son partenaire est interdit. Mais cela ne veut pas dire que ce n’est pas naturel.

En effet, il s’agit uniquement d’un ressenti, peut-être une attirance d’ordre chimique. Ce qui est important, c’est ce qu’on en fait de cette attirance. Vous êtes attiré par une jolie femme qui s’entraine dans la même salle de sport que vous, mais vous êtes en couple. Vous préférez privilégier votre couple qui a plus de valeur dans votre vie que de passer une nuit avec une femme qui vous attire physiquement par exemple. C’est votre choix, votre responsabilité. Mais en aucun cas vous ne devez culpabiliser de ressentir cette attirance.

Notion d’interdit dans l’inaccessible : adrénaline

Si la personne que vous convoitez ne veut pas ou ne peut pas être avec vous pour des raisons « pratiques » (en couple, famille religieuse, distance, style de vie différent, autres priorités en ce moment), cela peut créer une notion d’interdit. La relation peut relever alors du fantasme (imaginaire, car interdit dans la réalité).

Dans le domaine sexuel c’est une notion importante : le désir nait en quelque sorte avec une notion d’interdit. Le sexe est tabou, on le fait en étant cachés, les autres ne doivent pas savoir ce qui se passe dans la chambre etc. Il n’y a plus de règle, plus de limite dans le sexe. L’interdit fait monter l’adrénaline dans les corps, la curiosité s’attise. Du coup le désir devient incontrôlable.

C’est pourquoi quand on a un coup de cœur pour quelqu’un avec qui on s’interdit d’avoir une relation, c’est difficile de se contenir et on est dans le contrôle constant : de ses gestes, de son comportement, et même de ses pensées. Car on se sent pousser des ailes en même temps, l’adrénaline est forte car on s’approche dangereusement de l’interdit, de l’inaccessible rêvé.

On reçoit juste suffisamment pour que notre flamme reste allumée

Ici je veux parler des cas plutôt fréquents où quelqu’un est attiré par une autre personne qui refuse la relation, mais qui en même temps attise le désir de l’autre. Exemple : Sergio est secrètement amoureux de Sophie qui le considère comme un ami. Il essaie de lui faire comprendre de temps en temps et de façon indirecte ses sentiments. Sophie le remercie pour ses attentions, pour ses cadeaux. Elle est heureuse de l’avoir dans sa vie, car elle se sent valorisée, importante et belle. Elle doit se douter que Sergio a d’autres intentions à son égard, mais préfère ne pas aborder le sujet car cette relation lui convient telle qu’elle est. Ce qui n’est pas le cas pour Sergio.

Si vous êtes dans le cas de celui qui est attiré par quelqu’un qui se refuse à vous, il est préférable d’avoir conscience que, parfois, par simple besoin de plaire l’autre va vous donner juste un petit peu pour flatter son ego. Cela va vous donner envie de le conquérir car vous avez de l’espoir qu’il change d’avis, alors qu’il y a de fortes chances que votre relation reste figée dans le domaine de la séduction, ou de l’amitié.

Ce jeu souvent inconscient est parfois dangereux car la flamme attisée peut devenir très forte l’une des deux personnes, ou pour les deux. Quelquefois ce jeu de séduction peut aussi aider quelqu’un qui est malheureux dans son couple, à le quitter et vivre quelque chose de mieux.

Mais souvent c’est plutôt malsain : l’un veut juste inconsciemment flatter son ego, se rassurer sur sa capacité à plaire ; tandis que l’autre a de l’espoir que la situation évolue. Il a l’impression qu’il peut faire changer l’autre d’avis.

Si vous êtes dans le rôle de celui qui a besoin de flatter son ego, mais qui est sûr de ne pas vouloir plus, ce serait plus sain de prendre un petit peu des attentions de l’autre pour gagner en confiance en vous, mais ensuite d’être clair rapidement avec cette personne. Dites-lui qu’il ne se passera jamais rien de plus si vous le savez au fond de vous, en essayant de ne pas le blesser dans son amour-propre.

Car si vous n’êtes pas clair(e), vous devenez co-acteur de ce jeu malsain qui s’entretient dans le temps et qui fait souffrir l’autre. Vous en êtes co-responsable (autant que l’autre qui ne lâche pas prise même s’il n’arrive pas à obtenir plus, malgré ses efforts).

L’autre peut ainsi devenir amoureux, s’il ne l’est pas déjà, donc évitez de le faire souffrir si vous le pouvez. Expliquez-lui ce que vous ressentez avec gentillesse, puis dîtes-lui que vous préférez couper les ponts entre vous pour qu’il puisse passer à autre chose. Et faites-le vraiment, ne revenez pas vers lui 2 semaines plus tard, même si vous le considérez comme un ami. Il faut savoir parfois prioriser la souffrance de l’autre à son besoin de plaire ou de recevoir de l’attention, même si ce n’est pas facile.

Bilan sur notre quête de l’inaccessible

Il n’y a pas de mal à être attiré par l’inaccessible. D’ailleurs les romans, les séries, les films, se nourrissent beaucoup de ça : de nombreux amours impossibles sont racontés car ce type d’histoire a du succès. Le personnage principal fait tout pour vivre une relation avec la personne qui lui plait mais qui est inaccessible pendant le livre/film entier. La fin se résume souvent par « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » ou alors la mort de la personne convoitée, car l’accessible a moins d’intérêt.

Aimer l’inaccessible est naturel et inévitable. Ce qui compte, c’est ce que vous faites de ce ressenti.

Et vous, avez-vous tendance à être attiré(e) par des personnes inaccessibles ? Est-ce que cela vous a fait souffrir dans le passé ? Répondez-moi en commentaire ou en message privé 🙂

Marie Godard, votre coach relationnel

Lire aussi Dois-je accepter une relation sans engagement ? et Pourquoi je n’attire que des « cons » / « connasses »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial