Astuces pour apprivoiser sa dépendance affective

Tout d’abord je voulais vous féliciter de regarder cette vidéo, parce que ça veut dire que vous avez conscience de votre problématique de dépendance affective, et que vous avez fait le plus dur : vous en rendre compte et l’accepter. Bravo ! Gardez en tête qu’il n’y a pas de honte à être dépendant affectif, et que de très nombreuses personnes souffrent de cela.

Donc la prochaine étape, qu’on va aborder ensemble, est la suivante : apprivoiser cette douleur qui parfois peut vous empêcher de vivre vos relations de manière sereine, voire vous bouffer la vie.

Qu’est-ce que la dépendance affective ?

La dépendance affective, c’est dépendre de quelqu’un pour être heureux. On observe alors un déséquilibre d’énergie : l’un des deux individus s’appuie sur l’autre ou tire son énergie vers lui. Le dépendant est souvent dans le reproche envers l’autre, car son besoin d’affection n’est pas comblé. Il est donc souvent dans l’attente ou l’exigence de démonstration d’affection. « Moi je te dis plusieurs fois par jour que je t’aime, mais toi tu me le dis à peine 3 fois par semaine. J’ai compté ! »

Quand on souffre de dépendance affective, on a des difficultés à vivre la solitude, on est en insécurité affective permanente. Donc on va chercher à combler ses besoins d’amour avec ceux qui nous entourent : famille, amis, partenaire, collègues. Tout le monde y passe ! On cherche à être rassuré(e), on veut de la reconnaissance, des preuves qu’on est aimé(e). Je peux vous en parler car je suis moi-même une ancienne dépendance affective de haut niveau ! 😊

Imaginez un vase sans fond : on remplit votre vase pour vous avec des preuves d’amour, mais elles ne restent pas, donc vous en voulez toujours plus, vous n’êtes jamais rassasié(e).

Les causes de la dépendance affective

La dépendance affective trouve souvent son origine dans l’enfance, où la blessure d’abandon se crée (je vous invite à lire l’ouvrage « Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même », si ce n’est pas déjà fait). En fait, il suffit de peu parfois : on peut avoir eu un manque de démonstration d’amour de la part des parents par exemple.

Quand on est enfant, on a peur d’être abandonné car on dépend de ses parents : on n’a pas le choix. Donc on fait tout pour leur plaire, et on cherche en permanence des preuves qu’on est suffisamment important pour ne pas être abandonné(e).

D’où la dépendance affective qui se crée, et qui continue par la suite sous la forme d’une blessure, qui surgit à différents moments de la vie. La dépendance a ensuite l’impression que les gens autour de lui l’abandonnent systématiquement.

Les manifestations dans la relation amoureuse

Les manifestations de la dépendance en couple peuvent être :

  • La peur permanente d’être quitté(e)
  • Une jalousie maladive (peur d’être quitté(e) / rejeté(e) pour quelqu’un de mieux)
  • Un manque de confiance en soi
  • L’état d’attente continue de preuves d’affection
  • La perte d’identité pour se fondre dans celle de son partenaire
  • L’incapacité à prendre des décisions seul(e)
  • etc.

Comment apprivoiser sa dépendance affective ?

Vous trouverez ci-dessous des petites astuces qui demandent bien sûr de l’entrainement. Mais progressivement vous allez voir des changements réels, vous allez apprendre à vous recentrer sur vous, pour pouvoir vivre mieux la relation de couple.

Ecouter vos émotions

Première étape : vous auto-rassurer

Les émotions désagréables (colère, peur, tristesse) ont à la base le rôle de signal d’alarme : c’est votre inconscient qui cherche à vous faire passer un message pour que vous agissiez, que vous ne restiez pas dans une situation inconfortable, dangereuse, où vous n’êtes pas respecté(e), pas vous-même etc. Le rôle de vos émotions négatives est donc de vous protéger.

Vous l’aurez compris : pour apprivoiser votre dépendance affective il faut commencer par apprivoiser vos émotions. Si vous avez pris l’habitude de les refouler pour vous sentir mieux, vos blessures passées vont continuer à ressurgir sans que vous puissiez gérer.

Par exemple : Vous devenez méchant(e) quand vous vous sentez rejeté(e) par votre partenaire (s’il ne vous écrit pas pendant un moment, il vous laisse seul(e) à une soirée, ne vous invite pas à un événement etc.). Donc rapidement vous lui faites des reproches, vous adoptez la stratégie de la fuite (vous décidez de ne plus répondre à ses messages, de faire le mort / le “ghoster”), de vengeance

Au lieu de cela, essayez de prendre conscience de votre ressenti.

Isolez-vous si vous le pouvez, prenez un moment pour calmer votre émotion et la comprendre.

Qu’est-ce que vous ressentez exactement ? Colère, tristesse, peur ? A quel degré d’intensité ?

Pourquoi, quel a été le déclencheur ? Avez-vous déjà ressenti cela dans le passé ?

Avec l’entrainement, votre émotion sera de moins en moins forte, car vous l’écoutez, donc elle n’a plus besoin de crier. Essayez de comprendre d’où vient l’émotion, ayez de l’empathie envers vous-même plutôt que de la colère envers votre partenaire. Car le problème ne vient probablement pas de lui, mais de vous : seul(e) VOUS pouvez vous rassurer. Si cela vous aide, parlez-vous comme à un enfant, avec bienveillance et douceur.

Pour plus de détails concernant ces exercices, vous pouvez lire mon ebook « S’apprivoiser pour attirer la bonne personne » (comportant plusieurs exercices, que j’appelle des « boosters »).

Ou si vous préférez être accompagné(e) lors d’une séance personnalisée pour apprivoiser votre dépendance affective, vous pouvez réserver un coaching ici.

Apprendre à apprécier les moments seul(e)

La dépendance fait qu’on s’efface en quelques sorte derrière quelqu’un. Donc l’objectif est de vous recentrer sur vous. Ce n’est pas de l’égoïsme, mais du rééquilibrage. Vous préférez dépendre de quelqu’un, faire votre vie en fonction de votre partenaire et vous oublier ? Ça, ce n’est pas de l’altruisme, c’est de l’autodestruction.

La solitude, ça peut être quelque chose de cool. Je ne vais pas vous inciter à devenir un moine bouddhiste et vivre au sommet d’une montagne tibétaine, mais au moins d’apprendre à apprécier vos moments avec vous-même. En plus, vous êtes quelqu’un de génial, non ? Vous n’avez pas envie de passer du temps avec quelqu’un de génial ?

Pour aimer passer du temps avec soi-même, il faut apprendre à se connaitre : savoir ce qu’on aime, nos besoins, nos peurs etc.

Alors, qu’est-ce que vous aimez particulièrement faire ?

Quels sont vos petits plaisirs du quotidien ? Retracez votre journée typique depuis le réveil jusqu’au coucher : quelles sont les petites actions que vous aimez particulièrement dans votre quotidien ?

Moi par exemple, j’adore prendre mon petit-déjeuner. Je prends mon temps le matin, c’est vraiment mon moment à moi. Mon deuxième moment est le coucher, quand j’entre dans les draps et pose ma tête sur l’oreiller. A ce moment-là, je n’ai besoin de personne d’autre que moi-même pour être heureuse.

Qu’est-ce qui fait que vous êtes différent(e) de votre voisin ?

Concentrez-vous sur le moment présent : j’aime tellement passer mon dimanche après-midi à lire, cuisiner, refaire la déco de mon appart… Profitez de chaque seconde en vous remerciant de vous accorder du temps pour vous, pour ce qui vous fait plaisir, ce qui a du sens pour vous.

Parfois il faut se forcer à se recentrer, car on a naturellement tendance, quand on est en couple, à faire en fonction de l’autre. C’est plus confortable : le confort et l’amour sont très forts en nous, et nous incitent à vivre pour l’autre.

Mais plutôt que de passer tout le week-end avec votre partenaire cette fois-ci, forcez-vous à prendre quelques heures de votre côté, pour faire des choses importantes pour vous. Cela peut juste être appeler votre meilleur ami, lire votre magazine préféré etc. Vous pouvez même le faire en sa présence, je suis sûre qu’il appréciera votre indépendance !

Apprendre à vous aimer au quotidien

Pour éviter d’aller chercher l’amour ailleurs, il faut savoir se le donner à soi-même. Apprenez à construire votre sécurité affective. Dès que vous le pouvez, envoyez-vous des preuves d’amour, des gestes d’affection, et ce tous les jours.

Traitez-vous comme vous aimeriez être traité(e), car personne d’autre que vous ne peut vous apporter tout l’amour dont vous avez besoin. Le rôle d’un partenaire est d’apporter de l’amour EN PLUS, car il ne peut pas COMBLER un manque.

Apprenez à vivre dans l’amour, en prenant soin de vous et en respectant vos besoins.

Vous affirmer et vous respecter

Si quelque chose ne vous convient pas dans la relation, n’attendez pas d’être à bout pour exploser. Pour que la relation reste saine, il vaut mieux dire les choses au fur et à mesure.

Faites en sorte de ne pas accumuler la frustration. « Il m’a blessé quand il a réservé ses vacances avec ses amis, sans me consulter. Mais si je lui en parle, il risque de s’énerver, et je ne veux pas le perdre juste pour ça ». C’est le mental qui s’exprime ici, accompagné de ses scénarios catastrophe : « mon partenaire va me quitter si je m’affirme face à lui, si je m’énerve ».

Alors que c’est l’inverse qui risque de se produire : vous allez accumuler de la colère envers l’autre, et à un moment donné cela va sortir en ayant pris des proportions plus importantes, et la relation en sera ternie. Car vous allez dire des choses que vous ne pensez pas, sur le coup de l’émotion. Vous allez voir votre partenaire inconsciemment comme le « méchant », celui qui vous fait du mal, donc vous allez prendre de la distance inutilement, au risque de le blesser. Cela vous est déjà arrivé, n’est-ce pas ?

Vous avez tout intérêt à dire les choses rapidement. Pas forcément sur le coup de l’émotion, mais rapidement après. Si vous ressentez une émotion négative suite au comportement de votre partenaire, votre ressenti est légitime. Il n’y a pas à étouffer ce ressenti.

Donc respectez votre ressenti et affirmez vos besoins. Vous n’avez pas à passer derrière votre partenaire ou à toujours faire en fonction de lui. Il vous veut VOUS en tant que personne humaine, et non un robot qui fait tout ce que l’autre désire, sans ressentir aucune émotion négative. L’Amour existe avec l’émotion de la vulnérabilité, de l’humanité.

Bilan sur la dépendance affective

Je suis consciente que ces petites astuces ne sont pas faciles à mettre en place, car cela fait des années (depuis votre enfance) que vous fonctionnez avec une attitude de dépendance, donc cela prend un peu de temps à modifier. Cela peut faire peur aussi, et c’est normal. Mais je vous assure que vous en sortirez changé(e), libéré(e). C’est un petit entrainement quotidien, avec des exercices, des nouvelles petites habitudes à mettre en place. Le mot d’ordre est PROGRESSIVEMENT.

Et gardez confiance en vous, en vos capacités à sortir de la dépendance affective. Si vous voulez travailler cette problématique plus en profondeur, n’hésitez pas à me contacter via ce lien.

En attendant je vous souhaite de prendre bien soin de vous.

Et vous, souffrez-vous de dépendance affective ? Mettez-vous en place des astuces pour l’apprivoiser ? 😊

Marie, coach en amour

Les lecteurs de cet article ont aussi lu Relation pansement : comment la reconnaître et la transformer ?

Relation toxique : comment la reconnaître et en sortir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *