Communication Non Violente : comment l’appliquer dans votre couple

communication non violente

La Communication Non Violente (ou CNV) est un outil permettant de poser des bases saines et équilibrées dans une relation. Ce principe fait référence au mouvement historique de « non-violence » de Ghandi, et est basé notamment sur l’écoute attentive, la bienveillance et le respect de l’autre.

Vous avez tout intérêt à utiliser la Communication Non Violente dans vos relations, et avec votre partenaire amoureux en particulier. Car cela permet d’avoir des conflits constructifs, de mieux se comprendre et créer une belle complicité notamment. La CNV favorise en ce sens l’ouverture du cœur et la confiance mutuelle, ce qui est tout l’inverse de ce que l’on trouve dans les relations toxiques.

Je vous explique ici comment appliquer les principes de la Communication Non Violente dans votre couple 😊

Communication Non Violente : évitez les reproches

« Tu devrais reprendre le sport au lieu de passer tout ce temps devant la télé », « Tu n’écoutes jamais personne, tu vas finir seul comme ton père », « on ne peut jamais compter sur toi »

Les reproches blessent toujours celui qui les reçoit, et ne lui donnent pas forcément envie de sortir du conflit et revenir vers l’autre. Quand on reçoit un reproche, on a plutôt tendance à se braquer, à fuir, à ressentir de la colère pour la personne qui appuie là où ça fait mal, qui nous dévalorise.

Les reproches entraînent aussi souvent un sentiment de culpabilité qui peut ronger sur le long-terme, et faire baisser l’estime de soi.

C’est pourquoi il vaut mieux parler des faits plutôt que d’utiliser le « tu » accusateur. Par exemple : « Je m’inquiète pour ta santé quand je te vois passer beaucoup de temps devant la télévision comme ce soir », « J’aimerais vraiment que tu m’écoutes, car ce que je suis en train de te dire est très important pour moi », « Est-ce que je peux compter sur toi pour le repas des enfants demain soir ? ».

Eviter les répliques qui blessent

Quand on est blessé(e) à cause des paroles de quelqu’un, on a tendance à vouloir lui rendre la pareille. Et c’est ainsi qu’on va sortir une réplique qui sort un peu de nulle part, mais on sait que ça va faire mal à l’autre. Par exemple : « Tu me demandes de m’impliquer plus dans la vaisselle, mais à côté tu laves tes pantalons 1 fois par mois, ce n’est pas cohérent… ».

Faire du mal à l’autre ne va pas vous aider à résoudre votre source de désaccord. Alors si votre partenaire vous blesse, dites-lui simplement que ses mots vous ont blessé(e), afin d’éveiller de l’empathie chez lui/elle et qu’il/elle fasse attention à ce qu’il/elle dit la prochaine fois.

CNV : prenez le temps avant de répondre quand vous êtes énervé(e)

Sous le coup de l’émotion, on peut sortir littéralement des horreurs. On peut dire des choses très méchantes quand on est au milieu d’un conflit, et qu’on est en colère. Mais ce sont souvent des choses qu’on ne pense pas vraiment, et qui en plus peuvent marquer négativement l’autre personne, qui aura du mal à vous pardonner.

Alors pour éviter de galérer pendant des semaines pour regagner sa confiance, mieux vaut vous éloigner quelques minutes quand vous sentez des émotions fortes en vous. Reprenez la discussion plus tard, quand vous serez calmé(e).

Parlez de vos propres ressentis et besoins, au lieu d’accuser l’autre

Au lieu de faire des reproches et d’accuser votre partenaire, parlez-lui de ce que vous ressentez, et de vos besoins. Car souvent lorsqu’il y a conflit, cela signifie qu’il y a des besoins qui ne sont pas comblés.

Par exemple, si vous lui reprochez de travailler beaucoup et rentrer tard à la maison, c’est surtout parce que vous avez besoin d’attentions de sa part, de partager des moments de qualité avec lui/elle. Peut-être aussi que vous vous sentez délaissé(e) dans les tâches quotidiennes de la maison, et que vous aimeriez vous sentir plus soutenu(e) et aidé(e).

Alors vous pouvez par exemple le formuler de la sorte : « Quand tu rentres tard du travail, je me sens délaissé(e) par rapport à toutes les taches de la maison que je dois assumer tout(e) seul(e). Je suis fatigué(e) moi aussi après ma journée de travail, et j’aurais besoin qu’on partage les tâches de la maison de façon plus équilibrée. J’aimerais aussi partager par la même occasion plus de moments de qualité avec toi, donc on pourrait se prévoir un petit dîner en amoureux de temps en temps, si ça te dit… »

Communication Non Violente : Prenez vos responsabilités

Votre vision des choses est unique, et est entièrement liée à votre vécu personnel. Et c’est pareil pour votre partenaire. C’est pourquoi parfois on ne comprend pas que l’autre puisse penser différemment, car on est persuadé(e) que notre vérité est LA Vérité Universelle.

Mais s’il est persuadé qu’il faut laver les draps toutes les semaines et vous toutes les 2 semaines, qui a raison ? Le « maniaque » ou la « laxiste » ?

L’intelligence et la maturité émotionnelle supposent de savoir mettre son ego de côté pour assumer qu’on a toujours sa part de responsabilité dans n’importe quel conflit. Savoir aussi se mettre à la place de l’autre, essayer de le comprendre, tout en lui expliquant sa propre manière de fonctionner.

Ecoutez pleinement l’autre sans le juger

Difficile de ne pas juger ! Car on juge souvent les autres de façon automatique, sans même s’en rendre compte. Mais quand on aime quelqu’un, il est important de pouvoir mettre son jugement de côté, pour pouvoir l’écouter pleinement et l’accepter dans son ressenti légitime.

Par exemple s’il est stressé par une nouvelle mission au boulot, alors que selon vous il n’y a rien de stressant, acceptez que ce soit son ressenti à lui. Et que ce n’est pas en lui disant « mais n’importe quoi, il n’y a pas de raison de stresser pour si peu ! » que ça va l’aider à se relaxer.

Communication Non Violente : mettez-vous à niveau d’égalité de pouvoir

Dans les principes de la Communication Non Violente, on fait en sorte de supprimer les rapports de domination avec l’autre, et on le considère sur un pied d’égalité.

Donc on évite de le rabaisser, le dévaloriser (« Tu as l’air ridicule quand tu souris de manière niaise comme ça »), et de le prendre pour acquis. On évite également d’utiliser la peur comme arme émotionnelle, ou la manipulation tel que le chantage affectif (« Si tu continues de fréquenter cette personne, je te quitterais »).

Parce que ce n’est pas cool du tout, et cela ne devrait pas avoir sa place dans une relation d’amour.

Faites des demandes simples et directes

Parfois on tourne autour du pot, par peur de dire vraiment ce qu’on pense et que cela blesse l’autre, ou que cela montre notre vrai visage. Sauf qu’en n’étant pas sincère et direct(e), c’est propice aux quiproquos et autres non-dits, qui à force peuvent conduire à l’épuisement du couple, et à la séparation.

C’est pour cela qu’en Communication Non Violente, on vous invite à faire des demandes claires et directes : « Est-ce que tu seras disponible samedi soir pour qu’on se fasse un restau tous les deux ? », « Est-ce que tu peux t’occuper de laver le sol dimanche ? Ca me soulagerait beaucoup, et me donnerait le temps de travailler sur mon projet pour lundi ».

Dites les choses telles qu’elles sont, sans tourner autour du pot

Au lieu de faire des suppositions et imaginer que votre partenaire a une piètre image de vous ou envisage de vous quitter, dites-lui que vous avez besoin d’être rassuré(e) par exemple.

« Je te sens froid avec moi depuis quelques jours, et cela m’insécurise, je m’inquiète. J’ai besoin d’être rassurée »

Au lieu de vous monter le chou tout(e) seul(e) en faisant des suppositions, et laissant votre cerveau faire les pires scénarios possibles, parlez de ce que vous ressentez, même si cela suppose de vous montrer vulnérable et de parler avec votre cœur.

Car c’est ce qui crée de l’émotion, et montre votre réel attachement. Et souvent, ça vaut le coup, même si ça peut faire peur de baisser le masque et se mettre à nu… C’est tout à fait normal 😊

Restez sur le même sujet de désaccord, sans divaguer

Pour finir, lors d’une dispute de couple on a tendance à vouloir ressortir les vieux dossiers. Et c’est comme ça qu’on va enchaîner l’autre sur plusieurs sujets différents, alors qu’à la base le thème de la dispute portait sur les beaux-parents : « Et toi la dernière fois que tu es sortie avec tes copines, j’étais content pour toi, je ne t’ai rien dit. C’est toujours la même chose, je passe toujours après toi. Comme avec le meuble télé que tu as choisi toute seule sans me demander mon avis. Ou quand on est allés voir ta sœur à Toulon, plutôt que de passer le week-end en Normandie chez Nico comme c’était prévu depuis 2 mois… »

Donc petite suggestion pour avoir des conflits constructifs (car c’est quand même le rôle des désaccords à la base : discuter, faire des compromis, et avancer) : on reste toujours sur le sujet initial, on écoute l’autre et on essaie de trouver une solution qui convient à tous les deux. Sans partir dans tous les sens.

Voilà, j’espère que ces petits conseils vont vous aider à utiliser au mieux les principes de la Communication Non Violente dans votre couple au quotidien 😊

Et c’est ok si parfois vous n’y arrivez pas. Car ce n’est pas facile quand on n’a pas l’habitude, et on s’améliore surtout avec la pratique !

Dites-moi en commentaire si vous utilisez les principes de la Communication Non Violente dans votre relation !

Et prenez bien soin de vous,

Marie, Love Mentor

Les lectrices de cet article ont aussi lu Il n’est pas démonstratif : comment faire pour qu’il s’ouvre ?

Langages de l’amour : mieux communiquer pour une relation harmonieuse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *